Jusqu’à preuve du contraire

Emmanuel

Emmanuel : Ce qui est vachement intéressant, c’est de regarder qu’en fait les vérités d’hier se sont souvent avérées être les erreurs d’aujourd’hui, et puis que les vérités d’aujourd’hui seront peut-être les erreurs de demain. Ou l’inverse : des choses qu’on croyait être des erreurs peuvent s’avérer être des pistes intéressantes ! Donc ce qui est intéressant, c’est que la connaissance n’est pas figée. Plus tu connais un sujet – moi je suis ultra spécialisé dans mon domaine – et plus tu t’aperçois que tu n’y connais rien. « La seule chose que je sais c’est que je ne sais rien ! » En tout cas je ne sais pas grand chose… C’est ça, ce n’est pas que je ne sais rien, c’est que je ne sais pas grand-chose : il y a certaines choses qui sont des vérités anatomiques, et il y a certaines choses qui sont surtout des empirismes (on sait que ça marche…) Mais il y a aussi des trucs qu’on sait, qui sont réellement prouvés (le fameux scientifiquement prouvé !) C’est très troublant, ça t’amène à beaucoup, beaucoup d’humilité, tu vois ? C’est très, très empirique, voilà, la connaissance scientifique est très empirique, elle est jusqu’à ce qu’on découvre que c’est autre chose !

Matthias : Jusqu’à preuve du contraire.

Emmanuel : Jusqu’à preuve du contraire, oui. Mais c’est vraiment ça ! Et en médecine aussi, c’est jusqu’à preuve du contraire, jusqu’à ce qu’il y ait autre chose. C’est pour ça qu’on essaie de s’évaluer tout le temps…

 

Emmanuel Lansac est chirurgien cardiaque, spécialiste de la réparation des valves aortiques.