La Compagnie MKCD

« Accepter de se regarder soi pour regarder le Monde, ne pas s’éloigner, se poser là au beau milieu de l’espace et du temps, oser chercher dans son esprit, dans son corps, la trace de tous les autres hommes »

Jean-Luc Lagarce, Du luxe et de l’impuissance

 

La compagnie mkcd est une compagnie de théâtre, résolument contemporaine, qui cherche à partir à la rencontre d’aujourd’hui, à poser des questions sans réponse et à trouver l’endroit du partage.

La réflexion à laquelle est attaché le travail de la mkcd tourne autour de la question de la représentation, de ce que c’est de faire spectacle, de l’endroit de la légitimité…

Où, au travers d’une création théâtrale, touche-t-on à l’universel ?

Comment la représentation peut-elle être à la fois un spectacle et le terreau d’une réflexion commune ?

 

« Je me disais : quand je serai grande, je tâcherai de me souvenir de comment c’est quand on est petit. »

Françoise Dolto, Enfances

 

La compagnie a été fondée en 2009 à l’initiative de Matthias Claeys et Kévin Dez. Depuis 2013, Marion Romagnan en a rejoint la direction.

 

« Le théâtre consiste à faire quelque chose devant quelqu’un (…) On appellera théâtre l’art de cette relation. »

Joris Lacoste, entretien paru dans Théâtre/Public

 

Pour l’instant, nous travaillons sur des créations :

- Alors je suis rentré(e) chez moi rénover mon sol (texte et mise en scène : Matthias Claeys et Kévin Dez ; avec Matthias Claeys, Kévin Dez, Nadège Guenot, Julien Montagnon et Marion Romagnan – 2010 – Théâtre les Enfants Terribles – Théâtre des Artisans – Paris)

- Je ne crois pas que je t’ai(e) oublié (texte et mise en scène : Matthias Claeys ; avec Elisa Pietrini, Marion Romagnan et Kévin Dez – 2011-2013 – création/co-réalisation : La Loge – Théâtre de l’Orme – Siège Social VLM – Centre d’Animation Mathis - Interclubs 17 – Paris)

- On n’imagine pas combien ça peut être difficile d’ouvrir une porte (texte : Matthias Claeys ; mise en scène : Matthias Claeys et Kévin Dez ; avec Nadège Guenot, Marion Romagnan et Nadège Sellier – 2011 – créé à La Loge – co-réalisation : La Loge – Festival Summer Of Loge #2 – Paris)

- PFROPFREIS (texte et mise en scène : Matthias Claeys ; collaboration : Boris Carré, Morgane Lory et Camille Touati ; avec Matthias Claeys, Kévin Dez, Nadège Guenot, Romain Pichard, Françoise Roche, Marion Romagnan et Nadège Sellier – 2012-2015 – créé au studio le Regard du Cygne – reprise au Centre d’Animation Les Halles/Paris  - AREA/Aire-sur-la-Lys – Théâtre l’Archipel/Granville – spectacle soutenu par les associations Vaincre La Mucoviscidose-Grégory Lemarchal-AdePsy, par Arcadi/Plateaux Solidaires – projet finaliste du pris Paris Jeunes Talents 2012 – projet lauréat de la Bourse Déclic Jeunes de la Fondation de France 2012)

- Hagards (texte et mise en scène : Matthias Claeys ; scénographie Violaine Martin ; avec : Marie Camlong, Kévin Dez, Romain Pichard, Elisa Pietrini, Marion Romagnan, Nadège Sellier ; texte édité chez ALNA Éditions ; 2015 ; créé à La Loge – Paris ; projet soutenu par Arcadi/Plateaux Solidaires, la Ménagerie de Verre, En Cours, Mains d’Oeuvres, Paris Jeunes Talents et ProArti ; co-réalisation : La Loge)

- Awake (texte et interprétation : Matthias Claeys ; mise en scène : Matthias Claeys, Kevin Dez et Marion Romagnan ; création/cor-réalisation : Confluences lieu d’engagement artistique/Paris – 2015)

- Thésée trou du culte (mise en scène de Matthias Claeys ; dramaturgie : Anne Brosselard ; avec Odile Caminos, Marie-Julie Chalu, Kévin Dez, Françoise Roche et Marion Romagnan ; co-réalisation/création : La Loge – Festival Summer Of Loge #6 – 2015)

La compagnie propose aussi des stages de théâtre et des interventions pédagogiques.

Plus d’information : www.ciemkcd.com

« Je me lance. Je peux mélanger mes images préférées à celles de tous, c’est merveilleux. Et dans tous les sens, c’est ça les artistes. Le danger vient de l’explication, on se détend, on n’est pas là pour faire une dissertation en trois parties. »

Olivier Cadiot, Un mage en été

Nadège Sellier / « On a regardé un film que j’avais choisi » / ©Marcella Barberi

Kévin Dez / « Je ne crois pas que je t’ai(e) oublié » / ©Marcella Barberi